En 1 Clic

  • agenda
  • lettre d'information
  • espace partenaires
  • bibliothèque
  • participer

Conditions favorables au développement du scolyte

Résultats observés

  • Sur des périodes allant de 1949 à 1977 jusqu'en 2016 pour 11 stations d'Auvergne-Rhône-Alpes, correspondant à des zones de présence des épicéas
  • Une avancée des dates où les conditions sont propices au premier envol des scolytes, depuis le début des années 90. Cette avancée est modérée (3 jours) pour la station de Saint-Pierre de Chartreuse et plus importante (24 jours) pour la station de Bourg-Saint-Maurice.
  • Une avancée des dates où les conditions sont propices au deuxième envol des scolytes, depuis le début des années 90. Cette avancée est de l’ordre d’une dizaine de jours pour les stations observées.
  • Cette avancée des dates où les conditions de températures sont favorables aux envols des scolytes correspond à une évolution vers des conditions climatiques plus favorables au développement du scolyte de l’épicéa.

A partir de 2 indicateurs

Habituellement, en phase dite endémique, le scolyte de l’épicéa s’attaque aux seuls arbres en mauvaise santé, appartenant généralement à l’essence forestière de l’épicéa commun. Un affaiblissement massif des arbres, suite à des événements climatiques extrêmes (sécheresse, tempête) ou à un stress hydrique important, couplé à des conditions environnementales favorables à la reproduction du scolyte, peuvent entraîner un accroissement de la population de l’insecte ravageur. Le scolyte entre alors dans une phase épidémique, et peut même attaquer des arbres sains, encore sur pied.

  • Date où les conditions de températures sont propices au premier envol des scolytes

Après la période d’hibernation, le scolyte de l’épicéa s’envole pour se reproduire. Il existe en général deux envols, avec la possibilité d'un troisième vol en fin d'été ou début d'automne pour les zones les plus chaudes et un seul envol pour les zones les plus froides ou les plus en altitude. Or, plus les vols interviennent tôt dans l'année, plus le risque de pullulation est important via une potentielle hausse du nombre de génération chaque année. Cela dépend d’une part d’un essaimage de coléoptères commençant plus tôt dans l’année, et d’autre part de la vitesse plus rapide de développement des stades juvéniles.

Selon le Département Santé des Forêts du ministère de l'agriculture, des recherches récentes pointent les liens entre températures et envol des scolytes.

Les dates de conditions propices au premier envol du scolyte correspondent aux premières dates de successions de trois journées chaudes.

  • Date où les conditions de températures sont propices au deuxième envol des scolytes

Les dates de conditions propices au deuxième envol du scolyte correspondent aux premières dates où les cumuls de températures sont suffisants pour permettre l’arrivée à l’âge adulte de l’insecte.

Les travaux de l’ORECC

Les observations menées par l’ORECC, quant aux impacts du changement climatique sur  les conditions de développement du scolyte montrent une avancée des dates propices au premier et au deuxième envol des scolytes, qui témoignent de conditions plus favorables pour le parasite.

La fiche jointe présente les courbes d’évolutions de ces indicateurs.

[Mise à jour : janvier 2018]