En Savoir +

En 1 Clic

  • agenda
  • lettre d'information
  • espace partenaires
  • bibliothèque
  • participer

Températures, enneigement et fréquentation des domaines skiables alpins

L'ORECC s'est attaché à étudier les impacts du changement climatique sur l’activité ski, en analysant les liens possibles entre paramètres climatiques et fréquentation des domaines skiables.

Résultats observés

  • Une augmentation de la température moyenne hivernale entre la période climatique actuelle (1987-2016) et celle qui précède, pour les 4 stations de mesure disposant d’un historique suffisant.
  • Une diminution de l’enneigement moyen entre la période climatique actuelle (1987-2016) et celle qui précède, pour 4 des 5 stations de mesure disposant d’un historique suffisant. La baisse de l’enneigement est marquée en début de saison (20 décembre – 10 janvier), pour toutes les stations. La tendance sur les autres périodes (11 janvier – 10 février et 11 février - 20 mars) dépend des stations étudiées.
  • Les hivers peu enneigés sont plus nombreux sur la période climatique la plus récente, c'est-à-dire sur les 30 dernières années, pour toutes les stations de mesure étudiées.
  • Concernant la capacité à produire de la neige de culture dans les conditions technologiques actuelles, on observe, sur 3 des 4 stations de mesure disposant d'un historique suffisant, une diminution de 7, 11 et 14% des créneaux de production liés aux températures, entre la période climatique actuelle (1987-2016) et celle qui précède.
  • Le nombre de journées-skieurs des domaines skiables alpins, qui représentent la fréquentation des domaines, augmentent depuis 20 ans (+ 23% entre 1995 et 2015).
  • Les hivers les moins enneigés ont un impact sur les journées-skieurs des petites, moyennes et grandes stations de ski alpin, ainsi que sur la fréquentation des domaines de ski nordique : les accidents de fréquentation les plus importants correspondent aux hivers les moins enneigés. En revanche, les variations de journées-skieurs sont minimes sur les très grandes stations de ski alpin, qui semblent peu sensibles à la problématique de l’enneigement.
  • Concernant l’évolution de l’offre de ski alpin en Auvergne-Rhône-Alpes, les domaines skiables ont connu deux phases de développement. La première phase, de 1970 à 1990, a fait l’objet d’un déploiement massif de l’offre ski, avec une forte évolution en volume et en altitude. La seconde, de 1990 à nos jours, est une phase de renouvellement et de réinvestissement, qui s'accompagne, pour certains domaines, d'un redéploiement en altitude.
  • Ce redéploiement récent en altitude concerne peu les petites stations, qui ont moins de capacité à réinvestir, et sont souvent situées sur des massifs peu élevés, ce qui limite les possibilités d’évolution verticale. Il concerne également peu les très grandes stations, qui dès leur création, ont été implantées en altitude, donc n'en ressentent moins la nécessité. Il est en revanche très marqué sur les grandes et moyennes stations, pour lesquelles la phase de réinvestissement est aussi l'occasion de sécuriser leur offre de ski par rapport aux tendances climatiques, notamment la baisse de l’enneigement naturel.

A partir d'indicateurs de pression et d'état

Sur la saison hivernale (du 20 décembre au 20 mars), les indicateurs suivants ont été analysés :

  • Évolution de la température moyenne
  • Évolution de la hauteur de neige moyenne
  • % de jours où la hauteur de neige au sol est d’au moins 30 cm
  • % de jours où la température minimale est inférieure à -2°C
  • Fréquentation des domaines skiables alpins et nordiques et lien avec les conditions d’enneigement
  • Évolution dans le temps de l’offre ski (moment de puissance) en fonction de l’altitude


L'objectif des deux premiers indicateurs est d'étudier l’impact du changement climatique sur les températures et l’enneigement naturel des domaines skiables. Les deux suivants permettent respectivement d'analyser la « skiabilité » avec l’enneigement naturel et la capacité à produire de la neige artificielle. Le cinquième fait le lien entre fréquentation des domaines skiables alpins et nordiques, et l’enneigement. Le dernier illustre l’adaptation de l’offre ski des domaines skiables alpins au fil des ans, en vue d’étendre la part de l’offre qui est proposée en altitude.

Une observation basée sur la mesure

L'analyse des paramètres climatiques se base sur les données issues de 13 stations du réseau de Météo France sur 10 massifs des Alpes et 2 massifs auvergnats :

  • 5 stations disposent de données permettant une analyse climatique (historique proche de 60 ans) : Mont-Blanc, Chartreuse, Vercors, Haute-Maurienne et Sancy.
  • 8 stations ont un historique plus court mais sont intéressantes à suivre pour le futur.

Les fiches détaillant les résultats obtenus pour chacune des stations étudiées se trouvent dans le document téléchargeable en haut de page.

[Mise à jour : septembre 2017]