En Savoir +

En 1 Clic

  • agenda
  • lettre d'information
  • espace partenaires
  • bibliothèque
  • participer

Le changement climatique impacte déjà l'agriculture en Auvergne-Rhône-Alpes

Risque de diminution de la ressource en eau, modifications des dates de récolte : le changement climatique peut profondément modifier les activités agricoles en Auvergne-Rhône-Alpes. Telles sont les conclusions que l’on peut tirer de travaux de recherches récents sur les effets du changement climatique sur l’agriculture.

Une agriculture contrainte de se développer dans un climat plus sec

Un champ de maïs irrigué. A l’avenir, les besoins en irrigation pourraient augmenter © Terra –  MEDDE (jpeg, 27 Ko)
Un champ de maïs irrigué. A l’avenir, les besoins en irrigation pourraient augmenter © Terra – MEDDE

L’activité agricole dépend directement des conditions climatiques, mais aussi chimiques, de l’atmosphère et des sols.

Les paramètres qui peuvent impacter les activités agricoles sont de deux types :

  • l’évolution de la teneur en gaz de l’atmosphère, qui peut influencer les cycles végétatifs des végétaux (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote),
  • l’évolution des paramètres climatiques (températures, précipitations, vent, …) dont l’impact sur les activités agricoles est direct ou indirect.

L’évolution attendue vers une plus grande variabilité inter-annuelle des températures et des précipitations impacte de façon directe la croissance des végétaux, en termes de déroulement du cycle et de productivité. Cette tendance se répercute directement sur les pratiques agricoles, nécessitant pour les agriculteurs d’adapter ses pratiques dans un contexte de forte variabilité (étés secs succédant à des étés pluvieux, printemps précoce versus printemps tardif, ...).

L’augmentation des températures impacte aussi les besoins en eau des plantes. En effet, cette augmentation des températures engendre une augmentation de l’évapotranspiration des végétaux. Or les projections prévoient un assèchement plus important des sols à horizon 2071-2100 et ce quelle que soit la saison considérée. Le changement climatique impacte donc, les besoins et la ressource en eau disponible pour les activités agricoles.

Des impacts potentiels sur l’agriculture et l’élevage

Champ de Maïs dans la plaine de la Limagne © Pierre Tichadou
Champ de Maïs dans la plaine de la Limagne © Pierre Tichadou

Le changement climatique pourrait avoir les effets suivants sur les cultures agricoles:

  • Le rendement agricole serait potentiellement impacté de façon positive (cas du colza), ou au contraire négative (cas du maïs), alors que les systèmes fourragers pourraient voir leur rendement augmenter au printemps et baisser en été, en raison des sécheresses, avec des fluctuations importantes dans les zones d’interface climat tempéré/climat méditerranéen.

  • Les dates de récoltes pourraient être modifiées, ainsi que la qualité des productions, notamment viticoles.
  • Les besoins en irrigation des cultures actuellement irriguées pourraient augmenter, en raison d’épisodes de sécheresses plus intenses. L’augmentation serait de l’ordre de 50 mm par an pour le maïs irrigué entre le passé récent et le futur proche (2020-2049). L’augmentation de l’irrigation du blé concernerait uniquement les sols à faible réserve utile, c’est-à-dire une faible capacité de stockage en eau. De plus, de nouveaux besoins pourraient apparaître pour des cultures habituellement peu ou pas du tout irriguées, comme la vigne et les prairies.

Concernant l’élevage, trois effets majeurs sont attendus en lien avec le changement climatique :

  • D'abord le régime de pousse de l'herbe serait modifié, avec une production plus abondante en automne et au printemps, mais déficitaire en été. Cette modification impacterait d’autant plus fortement les systèmes qu’ils dépendent du pâturage.
  • Ensuite, l’emploi d’autres cultures fourragères, et plus particulièrement celui du maïs, peut devenir plus favorable dans certaines zones, mais peut être mis à mal dans d’autres. Les rations alimentaires du bétail s’en trouveraient modifiées.
  • Enfin, la possibilité de réaliser de nouvelles cultures pourrait amener à modifier la structure des différentes productions.

 

Dans le cadre de l’ORECC, un groupe de travail dédié à l’agriculture et à la sylviculture a été constitué afin de définir des indicateurs de suivi des impacts du changement climatique sur ces activités. Les travaux de ce groupe de travail sont valorisés dans la rubrique Indicateurs du site.

 

[Mise à jour : juin 2017]