En Savoir +

En 1 Clic

  • agenda
  • lettre d'information
  • espace partenaires
  • bibliothèque
  • participer

Effets attendus du changement climatique en Auvergne-Rhône-Alpes

Augmentation des températures moyennes, des canicules plus fréquentes pour les territoires de plaines : le climat en Auvergne-Rhône-Alpes évolue.

Influences climatiques régionales

Source : http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2016-portraitregionalcommente_bassedef.pdf

D'après les travaux préparatoires des Schémas Régionaux du Climat, de l’Air et de l’Énergie de l’Auvergne et de Rhône-Alpes, la région Auvergne-Rhône-Alpes est soumise à des influences climatiques variées : méditerranéenne, océanique, continentale, montagnarde. C’est l’une des régions françaises où la variabilité spatiale et temporelle des paramètres climatiques est la plus grande.

  • Les reliefs exposés au nord et à l’ouest de la Région arrêtent la plupart des perturbations océaniques, ce qui conduit à des précipitations importantes sur les versants ouest et des épisodes de sécheresse sur les versants est (par exemple, sur la plaine de la Limagne).
  • L’influence continentale, caractérisée par des hivers froids et des étés chauds, couvre une bonne partie de la région. En zone de plaine, les inversions de températures sont fréquentes, provoquant des périodes de froid sec sur les villes, ainsi que le maintien de la pollution atmosphérique au niveau du sol, limitant sa dispersion. C’est notamment le cas de Clermont-Ferrand, le Puy-en-Velay, Lyon, Grenoble ou Saint-Etienne. Le cumul annuel moyen des précipitations varie entre 700 mm et 1200 mm, avec un minima en hiver et un maxima en automne.
  • L’influence méditerranéenne, avec ses hivers doux, ses étés chauds et secs et ses pluies printanières et automnales, est sensible jusqu’à Valence, ainsi qu’en Haute-Loire, de manière atténuée. Dans les Préalpes du sud, les contreforts des Cévennes, et la Haute-Loire, les maxima de précipitations se produisent à l’automne avec les épisodes cévenols. Sur le flanc est de la Région, le climat montagnard domine avec des températures très froides et des chutes de neiges fréquentes.

Un climat à venir globalement plus chaud

Températures

L’évolution entre 1959 et 2009 des températures annuelles en Auvergne-Rhône-Alpes montre un net réchauffement sur les cinquante dernières années. Les projections climatiques montrent une poursuite du réchauffement jusqu'aux années 2050, quel que soit le scénario climatique considéré. Sur la seconde moitié du 21e siècle, l’évolution de la température moyenne annuelle diffère significativement selon le scénario. Le seul qui stabilise le réchauffement est le scénario RCP2.6 (lequel intègre une politique climatique visant à faire baisser les concentrations en CO2). Selon le RCP8.5 (scénario sans politique climatique), le réchauffement pourrait dépasser 4°C à l'horizon 2071-2100.

Précipitations

Les précipitations annuelles présentent une grande variabilité d’une année sur l’autre. En moyenne sur la région, aucune tendance ne se dégage sur la période 1959-2009. Quant aux projections climatiques, quel que soit le scénario considéré, elles montrent peu d'évolution des précipitations annuelles d'ici la fin du 21e siècle. Cette absence de changement en moyenne annuelle masque cependant des contrastes saisonniers et géographiques. Sur la seconde moitié du 21e siècle, selon le scénario RCP8.5 (sans politique climatique), les projections indiquent une diminution des précipitations estivales.

Neige

En matière d’enneigement, on constate une baisse de l’enneigement à moyenne altitude, en dessous de 1 700m. Les projections climatiques indiquent que, sous l’hypothèse d’une augmentation de la température moyenne de +2°C, le nombre de journées avec de la neige au sol diminuerait d’un mois à 1 500 m d'altitude, passant de 5 à 4 mois dans les Alpes du Nord. L’épaisseur du manteau neigeux diminuerait de 40 cm. A 1 200 mètres, l’enneigement serait très faible et les conditions de pratique des sports d’hiver ne seraient plus réunies. Au-dessus de 2 500 mètres, l’enneigement serait légèrement retardé, la fonte un peu plus rapide (12 jours d’enneigement en moins) et on verrait une légère diminution de l’épaisseur du manteau neigeux.

Journées chaudes

En Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre annuel de journées chaudes (températures maximales supérieures à 25°C) est très variable d’une année sur l’autre mais aussi selon les endroits. Sur la période 1959-2009, on observe une augmentation de ce paramètre. Les projections climatiques montrent une augmentation du nombre de journées chaudes en lien avec la poursuite du réchauffement. Sur la première partie du 21e siècle, cette augmentation est similaire d'un scénario à l'autre. À l'horizon 2071-2100, elle serait de l'ordre de 20 jours par rapport à la période 1976-2005 selon le scénario RCP4.5 (scénario avec une politique climatique visant à stabiliser les concentrations en CO2), et de 50 jours selon le RCP8.5 (scénario sans politique climatique).

Jours de gel

Le nombre de jours de gel est très variable d’une année à l’autre. En cohérence avec l’augmentation des températures, le nombre annuel de jours de gel diminue. Les projections climatiques montrent une diminution du nombre de gelées en lien avec la poursuite du réchauffement. Jusqu'au milieu du 21e siècle cette diminution est assez similaire d'un scénario à l'autre. À l'horizon 2071-2100, cette diminution serait de l'ordre de 22 jours en plaine par rapport à la période 1976-2005 selon le scénario RCP4.5 (scénario avec une politique climatique visant à stabiliser les concentrations en CO2), et de 37 jours selon le RCP8.5 (scénario sans politique climatique).

 

Sources : Site internet Climat HD - Météo France - http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/climathd - décembre 2016 ; Effets du changement climatique sur le tourisme. Le tourisme en France - Noël LE SCOUARNEC et Ludovic MARTIN Direction du Tourisme, Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi- 2008.



 

[Mise à jour : juin 2017]