En Savoir +

En 1 Clic

  • agenda
  • lettre d'information
  • espace partenaires
  • bibliothèque
  • participer

Changement climatique et effets sanitaires

Les effets du changement climatique sur la santé concernent de nombreux domaines. En Auvergne-Rhône-Alpes, suite à la canicule de 2003, la surmortalité estivale reste le point de préoccupation prioritaire. Mais d’autres risques, comme la dégradation de la qualité de l’air, de l’eau et les risques naturels, sont également suivis. Les populations les plus exposées sont les personnes âgées et isolées, les enfants en bas âge ou les individus souffrant de troubles chroniques. Il s’agit donc pour les collectivités, acteurs locaux et professionnels de la santé, de mettre en place des actions permettant de prévenir les effets induits par le changement climatique sur les populations.

Vulnérabilité accrue des populations en zone urbaine

En Auvergne-Rhône-Alpes, la concentration des populations dans les villes et le vieillissement de la population, combinées au changement climatique, risquent de conduire à une surmortalité des populations urbaines, en particulier l’été. Les causes en sont multiples : décès directement liés aux conditions climatiques (coups de chaleur, déshydratation, hyperthermies), décès dus à des maladies de l’appareil respiratoire ou à des maladies cardio-vasculaires (pollution). Les personnes âgées sont les plus vulnérables face à ces risques.

Impact sanitaire et qualité de l’air

Les températures élevées favorisent la production d’ozone, ainsi que la prolifération d’allergènes respiratoires. La dégradation de la qualité de l’air qui en découle aura comme impact l’augmentation des pathologies associées, tels que l’asthme et les rhino conjonctivites allergiques.

Risques liés à la contamination hydrique

La baisse de qualité des eaux de surface utilisées pour produire l’eau potable et la baisse de qualité des eaux de baignade auront potentiellement comme effet l’augmentation de l’exposition des populations à un risque de contamination par l’eau et la nourriture. Le réchauffement pourrait favoriser également le développement des vecteurs de maladies graves comme le moustique tigre vecteur du paludisme, du chikungunya ou de la dengue.

Augmentation de l’exposition de la population aux risques naturels

La recrudescence des feux de forêt et des inondations représentera un risque supplémentaire pour les personnes et les biens qui se trouvent déjà dans des zones à risque.

 

[Mise à jour : juin 2017]