En Savoir +

En 1 Clic

  • agenda
  • lettre d'information
  • espace partenaires
  • bibliothèque
  • participer

Des agglomérations et infrastructures de transports sensibles au réchauffement climatique

Les villes sont déjà impactées par le réchauffement climatique en Auvergne-Rhône-Alpes, avec une exposition accrue aux phénomènes de canicules et d’îlots de chaleur urbain. Les impacts du changement climatique (canicules, sécheresses, recrudescence d’événements extrêmes…) auront également des conséquences sur les bâtiments et sur les infrastructures routières et ferroviaires. Face à ces effets, les collectivités mettent en place des stratégies d’adaptation. Cela passe par l’intégration des enjeux climatiques dans les politiques urbaines (documents de planification), ou par la réalisation d’opérations d’aménagement et de gestion des espaces urbains « climato-compatibles ».

L’accentuation des périodes de chaleur impactera les infrastructures de transport

Les infrastructures routières pourraient être détériorées (jpeg,  21 Ko)
Les infrastructures routières pourraient être détériorées

L’augmentation et l’accentuation des périodes de fortes chaleur sont susceptibles de conduire à la dégradation des infrastructures routières (amollissement des routes, création d’ornières etc.) et ferroviaires (déformation des voies).

Ces effets peuvent être très impactant sur la qualité de service et sur les coûts de maintenance supplémentaires qu'ils induiront.

Le confort thermique des bâtiments et des transports sera une préoccupation croissante

L’inconfort thermique dans l’habitat est une préoccupation grandissante  © Région Urbaine de Lyon, www.regionurbainedelyon.fr (jpeg, 23 Ko)
L’inconfort thermique dans l’habitat est une préoccupation grandissante © Région Urbaine de Lyon, www.regionurbainedelyon.fr

L’inconfort thermique dans l’habitat et dans les transports sera un enjeu important en Auvergne-Rhône-Alpes, notamment dans les grandes agglomérations, caractérisées par une densité élevée, où l’on observe d’ores et déjà des phénomènes d’îlot de chaleur urbain.

Or, face à cette situation, la tendance majeure est le recours massif à la climatisation individuelle, mesure d’adaptation spontanée en contradiction avec les enjeux d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et de réduction des consommations d’énergie.

Les événements extrêmes impacteront également infrastructures et bâtiments

Une recrudescence des évènements extrêmes (feux de forêts, glissement de terrain, retrait-gonflement des argiles, inondation...) pourrait avoir des conséquences sur les infrastructures et sur leur accessibilité, avec des zones particulièrement sensibles en Auvergne-Rhône-Alpes. On peut citer à titre d’exemples la vulnérabilité particulière aux risques d’incendies des infrastructures de transport situées en Ardèche, dans le Velay et dans la vallée du Rhône, et la vulnérabilité des zones de montagne aux mouvements de terrain.

 

 

[Mise à jour : juin 2017]